illustration actualites

pointsdevue72 cCliquez ici pour lire l'articleL'incidence de l'asthénopie est en constante progression.

Principal incriminé: l'usage toujours plus intensif et diversifié des écrans numériques.

Une évolution concomitante qui n'a pourtant rien d'une fatalité.

Constats et pistes de solutions préventives en compagnie du Dr Marcus Safady, ophtalmologiste à Rio de Janeiro et président (2013-2014) de l'association des ophtalmologistes brésiliens, SBO - Sociedade Brasileira de Oftalmologia.


Article tiré du magazine "Point de vue"

points de vue

pointsdevue72 bCliquez ici pour lire l'articleÀ nouvelle ère digitale, nouveaux risques pour les yeux des utilisateurs et nouveaux enjeux pour les acteurs de la santé visuelle.

Dix experts, optométristes, ophtalmologistes, chercheurs, se sont penchés sur ce vaste sujet et nous livrent leurs expériences et leurs réflexions sous forme de verbatims. Un état des lieux structuré par thématiques selon trois grands volets: risques et prévention, pratiques professionnelles, projections et attentes.

Article tiré du magazine "Point de vue"

points de vue

pointsdevue72 aCliquez ici pour lire l'articleAvec son enquête annuelle Hindsight is 20/20/20: Protect Your Eyes from Digital Devices, The Vision Council suit l'évolution des pratiques liées aux écrans numériques et leurs répercussions, tant en matière de fatigue oculaire que d'exposition à la lumière bleue.

Retour sur l'édition 2015, qui souligne l'omniprésence toujours plus affirmée du digital aux États-Unis et les enjeux de sensibilisation des acteurs du secteur de la santé visuelle comme du grand public.

Article tiré du magazine "Point de vue"

points de vue

Découvrez l’interview de Eugène Duvillard pour le Magazine OnO (Magazine de la Clinique de l’Oeil) au sujet des méfaits de la lumière bleue. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

OnO - Magazine de la Clinique de l’OeilOnO - Magazine de la Clinique de l’Oeil : Cliquez ici pour lire l'article

celine pas a pasRaconte-nous la trame principale de ton livre.

Ca commence par la présentation de ce que j’appelle « ma vie d’avant ». Ensuite je raconte l’accident, le coma, et toute la rééducation. La dernière partie du livre est consacrée aux Jeux Equestres Mondiaux de Kentucky en 2010.
C’est le récit d’un retour à la vie en espérant transmettre une volonté et un message positif aux lecteurs. J’ai reçu beaucoup de retours de personnes me disant qu’après la lecture de mon livre, ils ne râleraient plus pour des petites choses et que je leur avais donné envie de se bouger pour atteindre leurs objectifs.

Dans nos vies, on a tous des obstacles. On rencontre aussi des portes. Soit on les emprunte, soit on ne le fait pas. C’est un choix. Il faut choisir les bonnes et avancer. Le cheval a été mon meilleur co-équipier, ma source de motivation.

 

Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ce livre?

J’ai voulu aider les gens à avancer à travers mon expérience. C’est donc un livre destiné à tout le monde.
Quand j’étais à l’hôpital, j’ai du apprendre à écrire à nouveau. J’ai pris un cahier, j’écrivais ce qui se passait dans ma tête et autour de moi. Au début, écrire deux mots me prenait 25 minutes. Ensuite j’ai réussi à écrire une page entière. Puis après ma sortie de l’hôpital, j’ai continué. Je voulus ensuite en faire quelque chose d’utile. Bien sûre, j’écrivais pour moi mais aussi pour le partager et surtout aider les gens, leur donner des nouvelles pistes.

Je suis alors allée revoir mon prof de français de 9ème année du cycle. C’était deux ans après mon accident. Au début il était réticent car à l’époque le français n’était pas mon point fort et vu qu’avec l’accident j’ai perdu le langage, il ne pensait pas que c’était possible. Nous avons alors fait une dictée ensemble et au final je m’en suis assez bien sortie. J’ai donc pu commencer à écrire et nous relisions, corrigions et parfois reformulions ensemble.

J’ai envoyé quelques pages à des éditeurs intéressés mais il fallait 120 pages au minimum… et je n’en avais que 80… J’ai donc laissé mon livre de côté pendant six mois afin de réfléchir et puiser dans mes souvenirs, ainsi que dans mes expériences pour rédiger la suite. Je l’ai ensuite repris pour raconter les Jeux Equestres Mondiaux de Kentucky.

Es-tu satisfaite du résultat?

Oui j’en suis très contente. Le livre est super. J’ai eu beaucoup de retours très positifs et c’était très émouvant de lire tous ces avis. J’ai toujours répondu à tout le monde. Il y a même eu deux tirages. De temps en temps, je pense à écrire une suite mais pour le moment je préfère me concentrer sur ma carrière sportive et professionnelle.

Quelle est ton actualité médiatique en ce moment?

J’ai transmis le flambeau de Miss Handicap, le 25 octobre 2014. Mes deux années comme Ambassadrice étaient intéressantes et magnifiques. Ca m’a demandé beaucoup d’investissements. Maintenant j’aimerais me concentrer sur mes autres projets.

Lire les témoignages de Céline Van Till : "Céline et l'optométrie" et "Son parcourt, son quotidien, ses objectifs".

Pour en savoir plus sur Céline : www.celinevantill.ch

Dans la 1ère partie du témoignage, Céline Van Till nous a présenté son parcours et ses objectifs. Elle va maintenant témoigner de son expérience de l’optométrie avec Monsieur Eugène Duvillard.

celine opto

Comment as-tu commencé à travailler avec Eugène Duvillard?

Mon ancien coach sportif qui travaillait dans le même immeuble et m’a mise en contact avec Eugène. J’ai d’abord effectué des tests de la vue de manière globale, puis nous avons commencé à faire divers exercices et ce depuis deux ans et demi. L’optométrie vient en complément au reste de mon entraînement.

Quel type de travail fais-tu au cabinet Optique Duvillard?

Nous avons beaucoup travaillé sur le mouvement des yeux. L’objectif était de récupérer ma mobilité oculaire. Je porte mes premières lunettes IBS. Les verres sont spécialisés et visent à améliorer les performances sportives ainsi que le quotidien. J’ai commencé sous forme de test. Pour le quotidien, je porte des lunettes faites main par Eugène Duvillard. Lorsque je m’entraine à cheval, je porte les lunettes IBS officielles faites au laser. Ca a littéralement changé ma vie, aussi pour mes études.

Pour vous donner un exemple, à cheval, sans les lunettes IBS, je n’arrive pas à rester droite sur la ligne du milieu du paddock. Avec, j’y arrive sans problème. Je perd aussi moins mon équilibre. Ces lunettes, je ne les quitte plus.

celine miss

As-tu atteint tes objectifs?

Oui, le mouvement de mes yeux s’est largement amélioré avec les séances de visionthérapie. De plus, j’adore les verres IBS! Ceux-là, ils m’accompagneront toute ma vie.

Recommanderais-tu l’optométrie même aux gens qui ne sont pas forcément athlètes?

Je recommande fortement l’optométrie, aussi des non sportifs, car cela m’aide dans la vie de tous les jours, pour tous les gestes du quotidien, tout en limitant la fatigue.

A suivre : Pas à pas, l’ouvrage de Céline Van Till

Pour en savoir plus sur Céline : www.celinevantill.ch

celine pferdCeline van Till était membre de l’équipe de Suisse junior de ­dressage quand une grave chute lui a valu une longue période de coma. Céline a dû tout réapprendre de la lecture à l’équitation. Elue Miss Handicap 2013, elle évolue maintenant dans la catégorie para-dressage et au plus haut niveau. Patiente de Monsieur Eugène Duvillard depuis quelques années déjà, elle a eu recourt à l’optométrie pour améliorer ses performances mais aussi son quotidien. Elle a accepté de témoigner pour nous sur divers sujets concernant son parcours.

Retour sur les Jeux Equestres Mondiaux de Caen cet été. Quelle est ta sensation après cette grande échéance?

En 2010, j’étais 4ème au Jeux Equestres Mondiaux au Kentucky. Cette année, je me suis qualifiée à nouveau avec un autre cheval: je fus classée à la 12em̀e place! Ma jument n’était pas au meilleur de sa forme à cause de problèmes de selle. Cependant, je suis très contente des compétitions que j’ai faites avant et après cette grosse échéance. J’ai obtenu de très bons résultats tant aux compétitions nationales avec les valides qu’en international en para-dressage. Toutes les épreuves étaient encourageantes. Pour revenir sur les Jeux Equestres Mondiaux de Caen, je suis quand même contente du résultat car, grâce à la confiance et l’harmonie que j’ai avec Amanta, ça s’est globalement bien passé. J’ai cette jument depuis un an et demi maintenant donc on ne se connait pas encore par coeur. Elle a découvert les grands terrains de concours et les grands écrans, notamment. On grandit ensemble et on avance.

Quelle est ta préparation physique quotidienne pour rester au plus haut niveau?

Je m’entraine quatre fois par semaine avec Amanta, plus un entrainement par semaine avec un coach sportif, et trois fois par semaine je travaille seule au fitness. Les éléments que je dois entrainer très régulièrement sont la souplesse, le cardio, la force ou encore la résistance. Mais je fais surtout des exercices liés à l’équilibre et à la coordination.

Quels sont tes objectifs pour le futur?

La première étape est le Championnat d’Europe en 2015, et ensuite les Jeux Olympiques e n 2016 au Brésil. Je vise également les prochains Jeux Equestres Mondiaux à Montréal.

Si tu dois définir ton expérience des Jeux Equestres Mondiaux de Caen 2014 en trois mots?

Compétition. Performance. Défi.

Lire la seconde partie : Céline et l'optométrie

Pour en savoir plus sur Céline : www.celinevantill.ch

Ce texte est tiré du site officiel de IBS LENSES

Verres IBS LENSES TM, de quoi s’agit-il ?

980x300 IBS Korper Les verres ophtalmiques IBS LENSES TM sont très innovants et présentent la particularité d’avoir une croix noire gravée au laser à l‘intérieur même du produit. L’innovation a fait l’objet d’un dépôt de brevet mondial. Fabriqués exclusivement en base 8, ces verres sont optiquement individualisés et compensés. Ils se déclinent en version correctrice ou non correctrice, solaire ou incolore. Les dimensions et l’emplacement de la croix gravée à l‘intérieur de chaque verre – droit et gauche – suivent des règles précises :

  • Les dimensions des deux axes horizontal et vertical de la croix sont presque égales, respectivement à la hauteur du verre.
  • L‘épaisseur des axes a été scientifiquement définie.
  • La croix est décentrée précisément en fonction du positionnement de la pupille dans la lunette.L’effet de verticalisation sur la vision Le caractère innovant des verres IBS LENSES TM réside dans leur impact sur la posture et la vision. Le port des verres IBS LENSES TM entraîne en effet une optimisation immédiate de la verticalité de l’individu, qui améliore son équilibre postural et augmente la stabilité de sa vision binoculaire. Résultats, en position statique, debout ou assise, ou en position dynamique :
  • Une posture équilibrée et confortable, grâce à l’effet de soutien de la colonne vertébrale.
  • Une vision plus confortable et plus performante, qui se traduit notamment par une meilleure anticipation des trajectoires lors des déplacements et, par conséquent, par un meilleur suivi de la trajectoire idéale.


A l’origine de l’innovation : François Merz

merzFrançois Merz, coach équestre, originaire de Neuchâtel, invente en 1999 un système de guêtres pour aider le cheval à trouver son équilibre. C’est à la suite de cette première découverte qu’en 2004 la réaction d’un cheval l’amène à comprendre le système d’analyse tridimensionnelle de celui-ci. A partir de là, il invente le système de vision binoculaire qu’il fait breveter en 2006. Il construit lui-même un premier prototype qu’il teste avec des sportifs dans différentes disciplines, toujours avec le même succès.

duvillardEn 2011, François Merz rencontre à Genève Eugène Duvillard, optométriste, membre de l’Académie américaine d’optométrie. Après avoir visionné les films et analysé les expériences de François Merz, Eugène Duvillard apporte des explications scientifiques et participe au développement de nouvelles applications du système. Grâce à ses contacts dans le domaine industriel, des solutions technologiques nécessaires à la réalisation des verres optiques IBS LENSES TM ont été mises en pratique.

 

Page 3 sur 4